Pour un rendu optimal, activez JavaScript

Le librisme, un truc de gauche?

 ·  ☕ 4 min de lecture  ·  🩊 Propositionjoe

Je le crois en effet.

À l’appel de Tuxicoman et de Raphael Hertzog je vais m’essayer Ă  rĂ©pondre Ă  la question de savoir si le mouvement du libre peut ĂȘtre qualifiĂ© de mouvement de gauche. D’emblĂ©e il faut voir que rĂ©pondre Ă  cette question est en soi casse gueule, puisque les dĂ©finitions de ce que sont: le clivage droite/gauche, et du librisme, est sujet Ă  discussion. Mais je vais essayer quand mĂȘme en ajoutant une Mise en garde: ce n’est qu’un papier de blog - avec ces imprĂ©cisions et ses raccourcis - le sujet mĂ©riterait sans doute une thĂšse pour en faire le tour.

Historiquement la séparation entre la droite et la gauche date de la révolution française; les partisans du pouvoir royal se plaçant à la droite du roi; les contestataires à sa gauche.
Pour aller plus loin, Wikipédia indique ainsi que:

  • Serait de droite:
    Les valeurs d’autoritĂ©, d’identitĂ© nationale, d’ordre, de sĂ©curitĂ©, de tradition et de conservatisme ;
  • Serait de gauche:
    Les valeurs de progrĂšs, d’Ă©galitĂ©, de solidaritĂ©, d’insoumission ;
  • Serait dans le marais:
    Les valeurs de travail, libertĂ©, de mĂ©rite et de justice sont elles plus transversales, mĂȘme si leur sens peut varier selon ceux qui l’utilisent. Et du coup, si on rebondit trop vite sur le librisme on obtient une rĂ©ponse facile, qui voudrait que ceux qui militent pour des logiciels libres soient des gens de gauche, puisqu’ils le font (entre autre):
  • Pour contester la mainmise de grande sociĂ©tĂ©,
  • Pour des rapports sociaux de coopĂ©ration et d’Ă©change
  • Etc …
    À l’inverse les partisans de l’ordre, des choses Ă©tablies, de l’habitude, seraient des gens de droite et consĂ©quemment des utilisateurs de Windows.

Sauf que s’arrĂȘter lĂ  revient Ă  nĂ©gliger toute l’importance de ce qui s’est passĂ© dans les annĂ©es 70 (l’Ă©poque des geeks dans leur garage, et de l’herbe fraiche). Ces annĂ©es ont Ă©tĂ© toutes Ă  la fois celles de l’Ă©chec des mouvements de gauche type mai 68 (d’inspiration anti-autoritaire), mais surtout celle de la rĂ©cupĂ©ration de leurs mots d’ordre par des groupes se classant nettement Ă  droite.

DĂ©sormais la contestation de l’ordre Ă©tabli et plus particuliĂšrement de l’État - perçu par eux comme un monstre de rĂ©glementation, une bureaucratie inefficace, bref une contrainte (coucou Macron) - est une idĂ©e dĂ©fendu par des gens de droite (les nĂ©o-libĂ©raux ou plus loin encore les libertariens et les sociodĂ©mocrates). Leur pierre philosophale est la libertĂ©, entendu dans une dimension originelle, que les contraintes de tout genre limite. Le jardin d’éden sera rĂ©tablit quand toute les choses fonctionneront d’elles-mĂȘme, comme un Ă©cosystĂšme naturel, sans contrainte extĂ©rieur; c’est Ă  dire rĂ©gulĂ© par la seule force du marchĂ©, plutĂŽt que par l’État mĂȘme dĂ©mocratique.

Ainsi Google, Amazon , Uber et la majoritĂ© des startupers ne sont pas de gauches. Ils dĂ©testent juste l’État: ses rĂšgles, et ses impĂŽts; et estiment n’avoir de compte Ă  rendre qu’Ă  leur client / actionnaire.

Le succĂšs commercial Ă©tant alors pour eux l’alpha et l’omega, la seule preuve recevable de valeur et d’accomplissement en ce monde; tout leurs efforts vont en ce sens (je change le monde afin de devenir milliardaire). DĂšs lors si contribuer au mouvement du libre en rendant une source publique permet de s’attirer la sympathie des dĂ©veloppeurs, ça ne pose pas de problĂšme puisque cela contribue Ă  faire de sa solution un monopole (ces groupes utilisant seulement la puissance mobilisatrice des idĂ©es d’autonomie, de libertĂ© - le just do it - dans leur propre intĂ©rĂȘt et ambition).

Bref, le libre n’est chez ces gens lĂ  qu’un outil pour casser les empires installĂ©s (IBM, Microsoft, les taxis…); mais certainement pas un projet visant une perspective d’Ă©mancipation du plus grand nombre.

En consĂ©quence de quoi le libriste est soi un gars de gauche, soi un libĂ©ral/nĂ©olibĂ©ral/libertarien. Ceci cadre assez bien avec le rĂ©sultat mis en Ă©vidence sur framablog en 2007, montrant qu’alors bien peu de libriste apprĂ©ciaient Sarkozy (la droite conservatrice), et bien plus Bayrou (la droite libĂ©rale) en proportion du reste de la population.

Pour aller plus loin, et en bien mieux, je termine en vous recommandant cet article de la revue du comptoir.

Partagez

Propositionjoe
RÉDIGÉ PAR
Propositionjoe
Soyez rĂ©solus de ne servir plus et vous voilĂ  libres, Étienne de La BoĂ©tie, Bricoleur militant.