Quand l'Éducation Nationale alimente les silos de données d'Amazon.

Quand les dégoutés seront tous partis, il ne restera que les dégoutants

Sommaire

On savait les gouvernements peu regardant des deniers de leur administré en signant des deux mains des contrats léonins avec Microsoft (l’armée tourne sous Windows…), on apprend aujourd’hui qu’ils ne respectent pas d’avantage la vie privée des enfants de ce pays.

En effet, à grand coup de trompette, l’actuel ministre de l’Éducation Nationale a décidé pour cette rentrée d’évaluer tous les élèves de CP et de CE1 et d’envoyer toutes les données à Dublin. L’intérêt de ce récent dévoilement repose sur la découverte que les serveurs qui servent à remonter les résultats NOMINATIFS des élèves sont hébergés par Amazon, nouveau lieu d’exercice de l’ex-fonctionnaire en charge du numérique à l’école, il y a de cela encore quelques mois.

Oui, c’est sans aucun doute un hasard, ces captures d’écran ont été réalisées sur un texte du café pédagogique.

Non content de faire perdre leur temps aux élèves, ainsi qu’à leur enseignant; et d’organiser à bas bruit les instruments permettant à terme l’élaboration de classement nationale des écoles, ce qui fera les choux gras du Point, et des actionnaires d’école privée (voir: Des établissements confessionnels aux fonds de pension); Ces fuites de données des élèves vers Amazon, sont-ils un bug, ou une des fonctionnalités non explicite de ces évaluations?